BENOÎT POTIER

PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL

AIR LIQUIDE

Jeudi 14 juin 2018

« Transformations énergétique, numérique et santé, quelles opportunités pour Air Liquide ? »

Le 14 juin 2018, le Club Les Echos en partenariat avec Wavestone, Robert Half et Favart recevait Benoît Potier, Président Directeur Général d’Air Liquide autour des questions : « Transformations énergétique, numérique et santé, quelles opportunités pour Air Liquide ? ».

Benoît Potier, un véritable produit d’Air Liquide ?

« Il aurait pu être acteur ». Après une année passée au conservatoire d’art dramatique, Benoît Potier laisse de côté ses ambitions dramaturgiques pour embrasser une carrière plus conventionnelle dans l’industrie. Conventionnelle mais néanmoins remarquable :

Diplômé de l’Ecole Centrale Paris en 1979, Benoît Potier rejoint deux ans plus tard le groupe Air Liquide en tant qu’ingénieur Recherche et Développement. Successivement en charge du Développement Énergie au sein de l’activité Grande Industrie puis Directeur de la Stratégie-Organisation, l’industriel français est nommé Directeur Général Adjoint en 1995.

Il devient Directeur général en 1997 puis Administrateur d’Air Liquide et enfin Président du Directoire en novembre 2001.

Après un parcours remarquable, Benoît Potier conduit depuis maintenant 12 ans Air Liquide sur un chemin ambitieux de développement.

Bénéficiant d’un portefeuille clients dans des secteurs très divers et présent dans 80 pays, Air Liquide se positionne aujourd’hui en tant que leader mondial des gaz, technologies et services pour l’industrie et la santé.


Une entreprise ayant fait le pari de l’innovation et le numérique

L’ère du numérique a totalement décloisonné les secteurs, en particulier dans l’industrie.

Aujourd’hui, clients et concurrents évoluent rapidement et, dans ce nouveau paradigme, il s’agit d’innover pour conserver son leadership.

Le groupe l’a bien compris : ce sont 4 000 collaborateurs qui conduisent aujourd’hui l’innovation au sein de l’entreprise. Cette dernière est le moteur d’une croissance aux trois quarts organique du groupe. Une croissance interne, entre autres, facilitée par un laboratoire d’innovation (i-Lab) et « La Factory », sorte de Fablab qui permet de fournir des solutions digitales aux opérations et de concrétiser de nouveaux projets, à l’instar de « connect » qui permet de piloter à distance les unités industrielles de production de gaz.

Des partenariats avec plusieurs startups notamment à travers l’accélérateur américain TechStar, permettent, d’autre part, de nourrir les processus d’innovation à partir d’initiatives externes.

Enfin, par une approche client-centric de son innovation, Air Liquide tire parti du digital pour être davantage au contact des clients et répondre au mieux à leurs besoins.


L’hydrogène au service de la transition énergétique

L’hydrogène n’est pas un produit nouveau pour Air Liquide. Qu’il s’agisse des secteurs du transport industriel ou du spatial, l’hydrogène est commercialisé depuis plus de 40 ans.

L’enjeu de l’hydrogène est souvent associé à celui de la mobilité. En effet, le véhicule électrique qui émerge représente le futur de l’industrie automobile avec des défis qui s’articulent autour de la fourniture de l’énergie nécessaire à son fonctionnement et des paramètres de temps de charge et de volume de stockage. Sur ces aspects, l’hydrogène apporte une solution intéressante vis-à-vis des batteries électriques.

Au-delà, le stockage par hydrogène représente une solution clé pour répondre à l’intermittence des énergies renouvelables. En outre, cette ambition de développement de l’hydrogène est une ambition partagée mondialement dont Air Liquide est un catalyseur. Un conseil mondial de l’hydrogène crée en 2017 à l’initiative d’Air Liquide et de Toyota représente aujourd’hui un consortium de 40 entreprises internationales.

Ce conseil a pour ambition de développer la filière hydrogène en étudiant les problématiques de coût, technologie, normes... L’hydrogène pourrait ainsi représenter près d’un cinquième de l’énergie totale consommée à l’horizon 2050.


Acteur de la santé de l’hôpital jusqu’au domicile

Le domaine de la santé représente aujourd’hui 20% des activités du groupe. Les mutations du secteur sont principalement systémiques, il s’agit pour Air Liquide d’améliorer les services en s’adaptant aux nouveaux usages. L’enjeu aujourd’hui est de s’appuyer sur les technologies numériques pour apporter des services innovants aux patients, de l’hôpital au domicile, aux médecins et aux systèmes de santé.

D’autre part, les problématiques de qualité de l’air sont au cœur des questionnements actuels du groupe. Benoit Potier évoque l’engagement d’Air Liquide auprès de ses clients pour apporter des solutions pour limiter les émissions d’oxydes d’azote, gaz nocifs pour la santé. Air Liquide travaille notamment sur un projet de purification de l’air dans les parkings.


Le développement durable au cœur des ambitions d’Air Liquide

Les ambitions durables du groupe s’ancrent à la fois dans un engagement sociétal et industriel.

Soutenant l’ambition de développement sociétal du Groupe, la fondation Air Liquide vise, entre autres, à soutenir les initiatives locales en associant collaborateurs de l’entreprise et compétences locales. Ce sont 250 projets qui sont développés dans 50 pays sur le modèle de l’inclusive business. Par exemple, une initiative ayant pour objectif d’alimenter en oxygène une maternité isolée au Sénégal.

Ensuite, en tant que fleuron de l’industrie française, Air Liquide est pleinement engagé dans l’optimisation de ses processus internes de production et de transport afin de participer à répondre activement aux enjeux climatiques. D’autre part, il s’agit d’accompagner les clients à transformer leurs procédés pour consommer et émettre moins, ceci en insistant sur l’intérêt de l’oxygène et de l’hydrogène dans les techniques opératoires.


Un groupe à l’échelle mondiale mais aux racines européennes

Né en 1902, le Groupe connait ses premiers développements à l’international dès 1906.

Plus récemment l’acquisition du distributeur américain Airgas en 2015 permet à Air Liquide de consolider sa position aux Etats-Unis. Un positionnement bénéfique à court terme sur deux aspects : les activités de production et de distribution de Airgas tirent parti d’un marché américain en forte croissance. En particulier dans le secteur de l’énergie, l’augmentation récente du prix du pétrole entraîne un rebond d’activité. D’autre part, la nouvelle règlementation fiscale a contribué aux bons résultats affichés par le groupe en début d’année.

A long terme, la politique américaine est plus difficile à anticiper, en particulier le retrait des USA de la COP21 et les menaces d’augmentation des droits de douanes sur les voitures européennes.

Cependant, le PDG d’Air Liquide précise « nous nous sommes développés par l’Europe ». En particulier en matière de santé, le continent européen reste le vivier de développement du groupe. Par ailleurs, les centres de recherche et de savoir-faire restent basés en Europe.

La France n’est pas en reste. Il est important de souligner les perspectives réjouissantes de rayonnement de l’industrie française. L’ensemble des transformations récentes offrent des possibilités aux jeunes industriels français, opportunités qui doivent être saisies en insistant sur l’effet de taille. Il ne s’agit pas pour les startups et PME de voir à l’échelle métropolitaine ou nationale mais bien à l’échelle européenne et même mondiale. Voir grand, c’est le conseil de Benoît Potier aux jeunes industriels français.


Sébastien Marie, Associé
Sebastien.MARIE@wavestone.com

Jean-Tristan Allègre, Manager
Jean-tristan.ALLEGRE@wavestone.com

Thomas Duvinage, Consultant
thomas.duvinage@wavestone.com

Pauline Dupuy, Consultante
pauline.dupuy@wavestone.com

VOUS AIMEREZ AUSSI

 « La France, paradis de la tech ? » par Xavier NIEL

« Leçons de la Silicon Valley » par Bris Rocher

« Le retour de la croissance ? » La réponse de Daniel Cohen