Jean-Dominique Senard

Président de Michelin

« Michelin au cœur de la mobilité durable »

18 mai 2015

COMPTE RENDU

par Meïssa Tall (Associé) Kurt Salmon


Le 18 mai 2015, le Club Les Echos, en partenariat avec Kurt Salmon, recevait le Président du groupe Michelin, Jean-Dominique Senard, autour du thème : « Michelin au coeur de la mobilité durable ».


Jean-Dominique Senard, un président visionnaire


Après avoir rejoint le groupe en 2005 au poste de Directeur Financier, Jean-Dominique Senard a été nommé Président du groupe à la suite de Michel Rollier en 2011. Il est à l’origine de projets d’envergures : les investissements récemment engagés en Chine, en Inde et au Brésil, ou encore le renforcement des ventes sur les marchés matures comme les États-Unis. La stratégie du groupe est fondée sur 4 piliers stratégiques : l’innovation, la croissance responsable, le développement des relations humaines et une meilleure compétitivité du Groupe afin de répondre à la globalisation de l’économie et aux enjeux qui en découlent.

À ce jour, le Groupe Michelin, qui a son siège à Clermont-Ferrand, est présent commercialement dans 170 pays, emploie 111 300 salariés, et détient 67 usines de production dans 17 pays.


La mobilité durable ancrée dans l’ADN de Michelin


Depuis la création du groupe il y a 125 ans, la volonté historique des frères Michelin, fondateurs emblématiques de l’entreprise familiale, a été de promouvoir des valeurs fondées sur le respect. Parmi ces valeurs, le respect de l’environnement est « ancré dans l’ADN du groupe » et constitue l’un des fondements de ce que Jean-Dominique Senard nomme la « mobilité durable ».

Le développement d’une mobilité durable est la raison d‘être du groupe et inspire ses actions en matière d’innovation. Le groupe s’est doté de Centres Technologiques en charge de la R&D, opérant en Europe, aux Etats-Unis, et en Asie. Michelin développe ainsi des pneus qui apportent davantage de performance avec moins de matière tout en garantissant une meilleure efficacité énergétique (pneus verts, Michelin Cross Climate). Mais l’innovation chez Michelin n’est pas uniquement technologique, elle se retrouve également dans les services. Le Groupe a développé une gamme de services d’aide à la mobilité : guides, cartes en versions papiers et numériques, services de gestion de flottes comme Michelin Solutions.

Grâce à sa connaissance du secteur, de ses produits et de ses services, le constructeur a réussi à s’imposer comme un acteur incontournable de la mobilité durable lui permettant notamment de fédérer industriels, scientifiques et institutionnels à l’occasion du Michelin Challenge Bibendum, sommet mondial dédié à la mobilité durable et organisé l’an passé à Chengdu (Chine).


« Celui qui ne bouge pas recule »


Ce mantra illustre la philosophie du PDG et justifie la détermination du groupe à innover, à ne pas assister à une « uberisation » de son business model, et à ne pas « subir le changement mais le dominer ». Depuis toujours, de nombreuses démarches ont été mises en place pour renforcer la dynamique d’innovation et encourager l’expression d’idées par les employés. Michelin se nourrit ainsi d’une véritable culture d’innovation participative, qui encourage en permanence à la diversification de ses sources d’innovation : en 2014, plus de 50 000 « Idées Progrès » ont émergé par l’implication des employés. 400 communautés se sont créées sur le réseau social d’entreprise interne pour développer cette démarche. Les Incubateurs Michelin permettent également d’accueillir des start-ups pour développer et tester rapidement des offres et business modèles innovants dans des domaines qui dépassent le strict cadre du pneumatique et qui œuvrent pour une meilleure mobilité.

Enfin, Jean-Dominique Senard a créé le Corporate Innovation Board (CIB), composé notamment de Ramesh Mashelkar - à l’origine du concept d’innovation frugale - et Barbara Dalibard (Directrice Générale voyageurs de la SNCF). Ce comité est en charge du pilotage de la stratégie R&D et de la bonne allocation des ressources pour développer l’innovation.

Pour Michelin, impossible de faire l’impasse sur le digital tant sa place grandissante dans le secteur du pneumatique impacte les comportements des consommateurs. De cette évolution découlent des enjeux essentiels :

  • Développer le Big Data et optimiser son utilisation pour offrir aux clients des produits et services qui répondent toujours plus finement à leurs attentes.
  • Eviter le risque de désintermédiation : en acquérant Allopneu.com et Blackcircles.com, Michelin s’est installé sur le segment de la vente de pneus sur Internet en France et au Royaume- Uni.
  • Créer/acquérir de nouveaux business model : Par exemple, l’acquisition du brésilien Sascar, une société de gestion de flottes de 30 000 véhicules fondée sur une technologie de pointe. L’installation d’un boitier numérique permet de relever et traiter des informations diverses tels les comportements de conduite du chauffeur ou la consommation de carburant et ainsi aider de nombreuses entreprises à augmenter leur productivité.


Stratégie de croissance


Sur le plan mondial la stratégie de croissance du groupe est de se développer sur les marchés matures comme sur les nouveaux marchés qui représentent une part importante du chiffre d’affaires et constituent un puissant levier de croissance pour le groupe. Le Président du Groupe dévoile ainsi quelques éléments de sa stratégie :

  • Continuer à investir dans les marchés émergents (Chine, Inde, Brésil) sans le faire au détriment des marchés matures qui constituent toujours d’importants leviers de croissance.
  • Renforcer le positionnement premium de la marque Michelin en continuant à développer des produits et services sur le segment des pneus très haute performance.
  • Développer la part de marché de marques reconnues comme étant qualitatives mais moins chères que la marque Michelin (Kleber, BF Goodrich, Kormoran, Riken).


Pneu du futur


Selon Jean-Dominique Senard, le secret de la mise en oeuvre d’un pneu « du futur » chez Michelin réside dans la maîtrise des matériaux et dans les compétences apportées par les équipes de designers et d’ingénieurs qui, partout dans le monde, recherchent continuellement à créer des pneus toujours plus performants, plus économiques et plus surs.

Les équipes de Michelin travaillent donc à des pneus toujours plus performants et bientôt connectés : à horizon 10 ou 20 ans, ils pourront renseigner un conducteur sur la bonne pression à avoir à l’aide de capteurs et d’une application smartphone. Ils pourront également réagir avec le revêtement de la route ou interagir avec le moteur et la mécanique du véhicule pour, par exemple, adapter sa vitesse en cas de pluie ou à de conditions climatiques changeantes.

« Ma conviction est que si l’innovation technologique est une nécessité économique, elle ne va pas à l’encontre du respect des hommes ».


VOUS AIMEREZ AUSSI

« L’innovation dans un secteur traditionnel » par Augustin Paluel-Marmont (Michel et Augustin)

19 mars 2015

« 2014-2015 : Un monde en ébullition » par Dominique Moisi (IFRI)

26 janvier 2015

« Convergence dans un monde qui diverge » par Carlos Ghosn (Renault)

9 décembre 2014